Affichage des articles dans Tutoriel

Il peut toujours paraitre difficile de prendre une photo de groupe.

Bien sûr, vous pouvez toujours prendre une approche de photo scolaire et aligner les personnes en plusieurs rangs d’oignons avec les plus petits devant (ou assis), puis plusieurs rangées. Les personnes de la dernière rangée peuvent aussi monter sur un banc.

N’étant pas fan de cette approche, je vous conseille plutôt de prendre de la hauteur. Ceci vous permet d’avoir un meilleur point de vue sur votre groupe et d’avoir un alignement plus créatif.

Si le groupe à photographier est de taille moyenne, vous pouvez les aligner et utiliser un grand angle. Bien sûr, il ne faut pas les mettre en ligne, comme à l’armée. Il est préférable de créer une forme se rapprochant d’un M en mettant sur la pointe du M (au centre) la personne la plus « importante de votre groupe ».

Pour prendre de la hauteur, rien de plus simple. Montez sur un balcon si c’est une photo d’intérieur, ou utilisez simplement un escabeau si vous êtes à l’extérieur.

Réussir une photo de groupe - Utiliser un escabeau

Placez les personnes, puis prenez un grand angle pour prendre votre photo.

Réussir une photo de groupe - exemple de photo de groupe

Si vous avez un grand groupe en face de vous, assurez vous d’avoir un éclairage arrivant d’en haut (ou en utilisant la réflexion d’un plafond blanc) et alignez votre groupe en «pack de rugby», ils doivent être épaules contre épaules en plusieurs rangs serrés et vous ne devez pas voir le sol du haut de votre escabeau. Puis demandez leur de regarder vers vous.

Comme dans tout portrait, il est important de capter le regard et d’avoir leur yeux très nets.


Suivez tous mes mouvements : Suivez Julien Gille sur Twitter
Recevez du contenu exclusif : Devenez Fan sur Facebook

Introduction

Dans cet article nous allons utiliser Argyll CMS et dispcalGUI pour calibrer un écran sous Mac OSX.

La calibration

Calibrer son écran est essentiel pour un photographe. Lorsque vous calibrez votre écran, votre objectif est d’avoir une référence de couleurs connue de tous (vous afficherez les « vrais » couleurs).

Chaque moniteur a des capacités différentes en ce qui concerne la restitution des couleurs. Par exemple, certains moniteurs peuvent afficher plus de couleurs que d’autres. Mais souvenez vous que la calibration n’est pas magique. Si votre écran est de mauvaise qualité, cela permettra d’améliorer les couleurs affichées mais ne permettra pas d’afficher des couleurs que votre écran n’est pas capable d’afficher.

Dans tous les cas, avoir un moniteur calibré permet d’avoir une meilleure idée des couleurs qui seront imprimées.

Les logiciels utilisés

Dans cet article, nous allons utiliser deux logiciels sous Apple OSX 10.6.3 :

  • Argyll CMS v1.1.1, que vous pouvez télécharger ici, c’est un logiciel gratuit qui permet de calibrer votre écran
  • dispcalGUI v0.3.8.0, que vous pouvez télécharger ici, c’est une interface graphique pour Argyl CMS

Pour information, ces deux logiciels sont également disponibles pour Microsoft Windows. Ils sont tous les deux gratuits.

Pour utiliser ces logiciels, vous aurez besoin d’uns sonde de calibration. Je dispose d’une sonde livrée avec Monaco Optix XR il y a quelques année. C’est une sonde X-Rite DTP 94. J’ai découvert Argyll CMS car les logiciels livrés avec cette sonde n’étaient pas compatibles avec OSX 10.6… et je ne le regrette pas car il est aussi puissant (mais moins convivial) que des logiciels payants vendus à plus de 200€.

Calibrer son écran

Tout d’abord, installez les logiciels en suivant les instructions décrites sur le site de dispcalGUI. C’est très simple : copiez le répertoire contenant Argyll CMS sur votre disque dur ; lancez dispcalGUI puis indiquez le chemin du répertoire bin d’Argyll CMS en cliquant dans le menu Préférences de dispcalGUI.

Pour calibrer son écran, il faut que votre moniteur soit allumé depuis au moins 30 minutes pour que les couleurs se soient stabilisées. Supprimez également votre écran de veille ou les fonctions d’économie d’énergie de votre ordinateur pour éviter que l’écran ou l’ordinateur s’éteignent durant la calibration.

Lancez dispcalGUI.

Maintenant, vous pouvez brancher votre sonde de calibration, elle sera automatiquement reconnue par dispcalGUI.

Interface de dispcalGUI

Interface de dispcalGUI, cliquez sur l'image pour avoir une version agrandie

Vous aurez plusieurs paramètres à définir dans cette fenêtre :

  • Commencez par choisir les paramètres photographie dans la liste déroulante en haute de l’écran
  • Modifiez la température du point blanc et choisissez 6500° K. Si vous avez un moniteur de très haute qualité (marque EIZO par exemple), vous pouvez choisir 5000°K. C’est la température utilisée dans les salles d’exposition. C’est également la température qui vous donnera un meilleur rendu pour comparer vos couleurs avec des impressions. Toutefois, la température de 6500°K est mieux supportée par la plupart des écrans et donne de très bons résultats.
  • Définissez un niveau de blanc de 120cd/m². C’est une bonne luminosité pour une pièce qui n’est pas trop sombre. Si vous travaillez dans une pièce assez sombre, définissez un niveau de blanc de 100cd/m².
  • Laissez le niveau de noir à la valeur minimale
  • Laissez le gamma réglé à 2,4
  • Si vous disposez d’un moniteur de bonne qualité, définissez la compensation du noir restitué à 0%, cela vous permettra d’avoir une meilleure restitution des couleurs sombres. Sinon laissez le paramètre par défaut à 100%.
  • Pour le type de profil, je conseille « Curves + Matrix ». Si vous choisissez un profil LUT (qui normalement est de meilleur qualité), vous risquerez d’avoir des problèmes de cohérence de rendu entre Lightroom et Photoshop.
  • Sélectionnez « Photographie » pour le fichier de la grille de test.

Vous êtes maintenant prêt à calibrer votre écran !

Cliquez sur « Calibrer et caractériser ».

X-Rite DTP 94Vous êtes invité à positionner votre sonde au dessus de la fenêtre, comme sur l’image ci-dessus. Validez puis vous continuez dans une fenêtre de terminal.

Menu argyll CMSAvec un écran LCD, vous utiliserez deux options de ce menu :

  • 2 ) White point : régler la couleur de votre écran
  • 3 ) White level : régler la luminosité de votre écran

Commencez en appuyant sur la touche 2 de votre clavier. La sonde va mesurer régulièrement votre écran. Votre objectif est d’avoir un DE proche de 0 en modifiant les gains RGB :

Gains RGBDans mon cas, j’ai une mesure presque parfaite avec un DE de 0.1

Lors du réglage, le logiciel vous aide en indiquant quel gain de couleur modifier. Par exemple R++ indiquera qu’il faut augmenter le gain de la couleur rouge. Pour information, sur mon écran EIZO S2410W, la modification du gain se fait dans le menu « Couleurs » > « Gain ».

Une fois cette étape passée, cliquez sur la touche 3 de votre clavier pour régler la luminosité de votre écran. Ce réglage est beaucoup plus simple. Argyll CMS affiche la valeur cible (120 dans notre cas) et la valeur de la mesure. Augmentez ou diminuez la luminosité de votre écran pour atteindre la valeur cible.

Si votre moniteur ne vous permet pas de faire l’un de ces réglages, passez l’étape correspondante.

Il est maintenant temps de lancer la calibration. Appuyez sur la touche 7 de votre clavier (Continue on to calibration).

Vous avez le temps d’aller boire un café, le processus est assez long…

Une fois terminé, une fenêtre vous propose d’installer le profil. Avant de l’installer, il est intéressant de voir le rendu avant et après la calibration en cochant ou décochant la première option de la fenêtre.

Conclusion

Votre écran est maintenant calibré. Si vous n’avez pas l’habitude de travailler avec un écran calibré vous aurez peut être l’impression que les couleurs sont fades. C’est normal car les fabricants livrent souvent leurs écrans avec des couleurs très contrastées et saturées. Ces réglages rappellent des réglages de télévision et plaisent aux personnes.

Vous aurez maintenant des couleurs de référence qui vous aideront grandement pour vos travaux d’impressions.


Suivez tous mes mouvements : Suivez Julien Gille sur Twitter
Recevez du contenu exclusif : Devenez Fan sur Facebook

Introduction

Lorsque vous faites des photos de voile, vous ne devez pas changer 25 paramètres avant de prendre une photo, sinon vous louperez la photo !

Il faut donc trouver des réglages que vous ne changerez pas durant toute la course.

Nombre d’appareils photos

Lorsque je couvre des courses de voile, j’utilise toujours deux appareils photos (au moment où j’écris l’article) :

  • Un Nikon D2X avec un objectif 70-200 pour les photos éloignées
Championnat Grand Surprise - Thonon - Vendredi : Photo 22

Championnat Grand Surprise - Thonon - Vendredi : Photo 22

  • Un Nikon D700 avec un objectif 24-70 pour les plans rapprochés
Critérium Surprise de Thonon - Dimanche : Photo 37

Critérium Surprise de Thonon - Dimanche : Photo 37

Disposer de deux appareils photos permet également de ne pas louper de photos. Vous n’avez pas à changer d’objectif pour prendre une photo rapprochée ou éloignée : vous changez seulement d’appareil photo. Et lorsque vous couvrez une course de voile, vous passez constamment d’une photo rapprochée à une photo éloignée.

Les réglages

La plupart du temps, vous ne voulez pas les modifier durant l’événement. Il faut donc adapter les réglages pour qu’ils correspondent à la majorité des situations.

Pour les photo éloignées, j’utilise ces réglages sur le D2X :

  • Priorité vitesse : au moins 1/1000 s (à modifier suivant la luminosité). Lorsque vous faites de la photographie de voile, vous êtes souvent également sur un bateau qui bouge. Vous voulez une photo nette et donc vous devez réduire le temps d’exposition pour figer au mieux les bateaux. De plus, étant donné que les bateaux sont éloignés, même avec une petite ouverture, le bateau sera complètement net.
  • ISO automatique : sur le D2X, je m’autorise à monter à 400 ISO pour avoir une très bonne qualité d’impression des photos. Au dessus, le grain peut être trop visible.
  • Balance des blancs suivant conditions : Ce réglage a peu d’importance étant donné que je prends toutes les photos en RAW, ce qui me permet de modifier la balance des blancs par la suite. Toutefois, j’adapte la balance des blancs à la chaleur que je veux donner aux photos suivant les conditions météo afin d’avoir moins de travail par la suite. J’utilise souvent le réglage « nuageux » ou « soleil » pour la voile.

Pour les photos rapprochées, j’utilise ces réglages sur le D700 :

  • Priorité ouverture : au moins f/8. Pour les plans rapprochés, je souhaite avoir tout le bateau net sur toute sa profondeur. Il faut toutefois vérifier durant les prises de vue que la vitesse d’obturation ne descende pas trop. Dans ce cas, passer en mode manuel ou en priorité vitesse.
  • ISO automatique : sur le D700, je peux monter facilement jusqu’à 800 ISO. Lorsque les conditions météo sont moins bonnes, je peux monter encore un peu plus sans détériorer la qualité d’impression des photos.
  • Balance des blancs suivant conditions : idem que pour les photos éloignées.
Exemple de photographie à 800 ISO

Exemple de photographie à 800 ISO

Conclusion

Ces réglages sont un point de départ pour vos propres réglages. Il faudra les adapter à vos appareils. Bien sur durant une course, vous pouvez les modifier pour prendre une photo précise que vous aurez le temps de préparer.

Si vous ne disposez que d’un seul appareil avec un zoom monté dessus, regardez l’utilisation principale que vous en faites, proche ou éloigné, puis utilisez les réglages correspondants. Dans le doute, optez pour une priorité vitesse.